« Un joueur, un maillot » : Liverpool 05 ‘- La résilience de Cissé

Notre série « un joueur, un maillot » met en scène une série de maillots rétro vendue par JD. Nous mettrons à l’honneur un joueur qui aura marqué la saison qui lui correspond. Il n’est pas question ici de désigner le meilleur footballeur de l’équipe mais de valoriser un joueur, soit car il a été l’un de ses membres emblématiques, soit simplement car son année a donné lieu à un évènement marquant ou atypique. Après Éric Cantona, c’est désormais au tour de Djibril Cissé et le maillot de Liverpool 2004/05.

Quand on parle de Djibril Cissé, on pense AJ Auxerre, Guy Roux voire Olympique de Marseille. De même, quand on évoque Liverpool, les noms de bons nombres de joueurs nous viendraient à l’esprit. Comme Steven Gerrard ou Jamie Carragher par exemple. Pourtant, le joueur qui résume parfaitement cette saison 2004-2005, avec des hauts et des bas pour le club d’Anfield Road, c’est bien le joueur natif d’Arles.

Le maillot : du rouge pour les « Reds » de Liverpool

Mais commençons tout d’abord par ce fameux maillot… Un maillot pour l’histoire ! Designé par Reebok, l’équipementier de l’époque (de 1996 à 2006), il est dans la plus pure tradition des maillots domicile du club de la Mersey ! Il dispose bien évidemment de l’écusson de Liverpool. « il a été redéssiné avec cet encadré blanc autour du logo qui rappelle un peu ce qui se faisait dans les années 60″ précise Jacques Santucci. Journaliste, il est surtout fan inconditionnel des Reds et membre de la French Branch, le fan club français officiel du club. Il collectionne d’ailleurs les maillots de l’équipe. Tu peux en avoir un petit aperçu sur son compte instagram, @collection_rouge.

Pour en revenir au maillot, sa sublime couleur rouge est là pour rappeler l’institution légendaire à laquelle il est rattaché, cela dès le premier regard ! Là encore, une petite subtilité existe comme le note Jacques: « Ce n’est pas forcément un rouge uniforme. Ce sont surtout des rectangles ton sur ton. Cela donne une nuance appréciable ». Le style est simple et épuré. Avec le sponsor maillot Carlsberg, la marque de bière danoise, alors en partenariat avec Liverpool depuis 1992. Il est disponible dans une coupe classique avec des manches courtes et une encolure ronde que notre fan apprécie beaucoup: « Je ne me rappelle pas avoir vu ce type de col sur d’autres maillots. »

Maillot Liverpool Cissé

Liverpool a notamment arboré ce maillot domicile plutôt réussi lors des grandes rencontres européennes. Un patch est ainsi présent sur cette version pour symboliser la victoire en Ligue des Champions (sur laquelle nous allons revenir plus bas) et l’associer à tout jamais à ce maillot. « Il appartient à la catégorie des maillots iconiques avec tous les souvenirs qu’il remémore aux supporteurs », glisse le journaliste.

Le contexte : un transfert et des attentes

En 2004, Liverpool sort d’une saison assez anonyme pour un club de son standing (On parle d’un club 18 fois champions d’Angleterre et 4 fois champions d’Europe à l’époque !). Bilan: une quatrième place en Premier League ainsi que des éliminations assez rapides dans les coupes nationales et en coupe de l’UEFA. Pour la saison 04-05, c’est donc le grand chamboulement : Gérard Houllier, l’entraîneur français, laisse sa place à l’Espagnol Rafael Benitez. Parmi les recrues phares, on retrouve des Xabi Alonso, Fernando Morientes et donc, un certain Djibril Cissé, bientôt 24 ans.

Anfield outside 3

Acheté par les Reds en janvier 2004 pour un montant d’environ 21 millions d’euros mais arrivé l’été suivant, l’international français est l’un des jeunes joueurs les plus côtés. Il vient juste de terminer meilleur buteur de Ligue 1 avec 26 buts en 38 matchs. Son total avec le club bourguignon est assez éloquent : 90 buts en 169 matchs. Autant dire qu’il est attendu dans un championnat d’Angleterre où sa vitesse doit lui permettre de s’exprimer  du côté d’Anfield Road!

La saison: des montagnes russes pour Cissé et Liverpool !

Et on peut dire que la saison a été riche en émotions contrastées… Autant pour le joueur que pour son équipe et ses supporters d’ailleurs !

En effet, car si pour son premier match officiel sous ce maillot, il marque un but pour un match nul sur le terrain de Tottenham, la suite n’est pas étincelante. Autant sur le plan individuel que collectif. Résultat : deux buts en dix matchs de championnat. Autant dire rien pour le serial buteur qu’il est supposé être. Dans le même temps, ce sont déjà cinq défaites en quinze matchs pour le club. Il végète aux environs de la sixième place du classement. Le pire arrive à la fin du mois d’octobre. Lors d’un match contre les Blackburn Rovers, l’attaquant est victime d’une double fracture du tibia-péroné à la jambe gauche. Les images sont saisissantes et le constat imparable. Près de six mois d’absence et un retour prévu en avril 2005. On fait mieux comme début dans un nouveau club !

Tribunes Anfield

En son absence, Liverpool alterne le très bon et le très moyen. Le club est encore une fois à la traîne en championnat. Il termine à une anecdotique cinquième place, « assez loin de Chelsea, le champion » , rappelle Jacques Santucci (à 37 points des hommes de José Mourinho plus exactement et à 19 points du podium !). De même en FA Cup, avec une piteuse élimination au 3ème tour face à Burnley, 1 à 0 !

Dans le même temps, le club passe tout près d’une victoire en League Cup. Il perd en finale contre Chelsea au Millenium Stadium de Cardiff (3 buts à 2 après prolongations). Mais c’est surtout en Coupe d’Europe que le club donne du bonheur à ses supporters. Liverpool remporte la Ligue des Champions contre l’AC Milan. La cinquième de son histoire !

Djibril Cissé, revenu au jeu environ un mois avant la fin de saison va alors connaître un véritable ascenseur émotionnel. L’attaquant français revient au bon moment pour vivre la consécration avec les Reds. Juste le temps de se chauffer avec un doublé pour la dernière journée de championnat. Il donne ainsi la victoire à son équipe contre Aston Villa, une dizaine de jours avant la victoire en coupe d’Europe. Victoire à laquelle il participera et contribuera (voir plus bas). Son bilan est donc de 5 buts en 25 matchs toutes compétitions confondues.

Le moment : un tir au but pour l’Histoire

Cela ne peut être que celui-ci. Pour immortaliser un maillot, rien de mieux que la victoire… Et alors quelle victoire ! N’importe quel fan de foot’ s’en souvient encore… Et leur rythme cardiaque également! « Quand on dit « Liverpool », beaucoup de gens pensent à cette tunique grâce à la victoire en Ligue des Champions », note notre fan du club.

On plante le décor. Milan AC-Liverpool FC, 25 Mai 2005, Atatürk Olympique Stadium, Istanbul. Mené dès la 1ère minute de jeu sur un but de Paolo Maldini, les coéquipiers de Cissé, remplaçant, sont submergés par les attaques italiennes. Après deux buts d’Hernan Crespo, ils se retrouvent donc menés 3 buts à 0 à la mi-temps. Pourtant, leurs supporters, chantant leur vibrant « You’ll Never Walk Alone » à la mi-temps, ne les laissent pas tomber… et ils ont raison! Sur le banc, Djibril Cissé assiste à l’une des « Remontadas » les plus mémorables de l’histoire du football (Avant même qu’elles ne deviennent à la mode) ! En moins de six minutes, Liverpool renverse la situation pour égaliser après des buts de Gerrard, Smicer et Alonso ! 3 buts partout.

Liverpool Champions League 1

Il était écrit que cette saison ne pouvait que bien se terminer pour l’ancien joueur de l’AJ Auxerre. Il entre à la 85ème minute de jeu alors que les deux équipes semblent attendre la prolongation. Au terme de 120 minutes d’une finale intense, ce sont les tirs au but qui vont les départager. Si beaucoup se seraient cachés, isolés, les jambes tremblantes, ce n’est pas le cas du Français. Il est le deuxième tireur côté Liverpool. Un tir au but tenté et réussi qui lui permet d’apporter sa pierre à l’édifice d’une victoire, trois tirs au but à deux.

Consécration presqu’inespérée, autant pour son club que pour lui, après ces mois passés à l’infirmerie. « Cette première saison n’a clairement pas été bonne pour lui… Mais, au final, il est à tout jamais dans la mémoire des supporteurs parce qu’il est champion d’Europe avec Liverpool. Il ne sera jamais considéré comme une légende du club bien sûr… Mais, encore une fois, il a un statut de héros comme tous ceux qui ont fait partie de cette victoire », constate Jacques Santucci. « Le grand public en Angleterre ne se souviendra pas forcément de lui mais les supporteurs, oui. »  C’est bien là l’essentiel…

 

AUTRES ARTICLES INTÉRESSANTS

ACTUS l Editor

Les régions de France qui font le plus de sport

Le déconfinement est déjà une r...

-->

ACTUS l Editor

Twitch : quand les sportifs deviennent streamers !

Tu ne le sais peut-être pas mais n...

-->

ACTUS l Editor

Mike Tyson, le Come-Back ?